bj3

♥♥♥♥

Quatrième de couverture

Veuve, 51 ans, mère de deux enfants en bas âge, mais toujours en quête de l'homme idéal : Bridget is back !

Elle n est plus obsédée par ses kilos, plutôt par les réseaux sociaux, le nombre d amis qu elle a sur Facebook (ce qui ne peut que mal se passer, vu son niveau en informatique) et ses enfants qui la font tourner en bourrique.
Bridget se transforme en cougar dans les bras d un trentenaire sexy (et quelque peu immature). Mais pour combien de temps ? Car elle a bien entendu toujours le don de se mettre dans des situations impossibles. Les mésaventures de cette Bridget plus posée et plus mûre n ont rien perdu de leur piquant. Au contraire.


 

Je trépignais d'impatience depuis que j'avais découvert qu'un troisième volume des aventures de Bridget allait sortir. J'ai pourtant traîné à le lire, mais une fois commencé, il a été lu très vite. On garde le même modèle, le fameux journal. J'ai beaucoup aimé ce troisième volet, malgré des petits défauts. D'abord j'ai trouvé difficile de m'adapter à l'âge de Bridget. Elle a désormais 51 ans, ce qui m'a fait bizarre, je me suis dit que ça n'était pas du tout réaliste, j'ai donc du faire des calculs, et effectivement le premier Bridget Jones ayant été publié en 1996, Bridget a donc bien son âge, c'est juste que moi je l'ai rencontrée plus tard :)

Passons aux choses sérieuses désormais, j'ai décidé de prendre une nouvelle résolution pour ce nouveau départ de blog, et c'est de ne pas spoiler. Je vais essayer de m'y tenir, mais je ne peux rien promettre non plus. Donc pour Mad about the boy, toujours autant d'humour, Bridget est fidèle à elle-même, avec toujours les mêmes amis. Tous sont plus âgés, mais pas plus matures :) Bridget a deux enfants, et se remet en quête de l'amour. Je stoppe là, car je sais que vous vous demandez pourquoi je ne parle pas de Mark Darcy, mais je vous laisse le découvrir par vous-même. J'ai d'ailleurs supprimé un bout de la quatrième de couverture qui dévoile une chose hyper importante, que j'étais bien contente de ne pas avoir lue avant d'entamer ma lecture.

Derrière ce côté humoristique et chick lit, on trouve une nouvelle dimension, l'instant émotion. Je me suis retrouvée deux ou trois fois au bord des larmes, non pas parce que je comprends la situation, mais parce que j'ai imaginé ce que ma propre mère a pu ressentir.

Petit bémol cependant, l'obsession de Bridget avec Twitter. Bon le côté obsessionnel, ça lui ressemble bien, mais à lire ça devient un peu lourd par moments.

J'ai lu une critique sur Goodreads d'une lectrice qui n'a pas aimé Mad about the boy car elle ne voyait pas comment une femme ordinaire pouvait se reconnaître dans Bridget transformée en cougar (parce qu'il y a Roxter, un jeune homme de 30 ans) qui a une femme de ménage et une babysitter à domicile. Moi ce que j'en dis c'est que je ne me suis jamais identifiée à Bridget. Je suis désolée, mais il faut bien reconnaître que Daniel Cleaver (qui est toujours là by the way, et qui est également fidèle à lui-même) avait raison en décrivant Bridget comme une employée qui était là pour rédiger ses petits rapports et se dandiner en chemisier transparent et jupe inexistante. En ne faisant rien, elle a quand même réussi à trouver un job de reporter à la télévision et se trouver un avocat très réputé comme mari. Euh, vous en connaissez beaucoup, vous?

Enfin bref, j'ai aimé, j'ai ri, j'ai pleuré. C'est du Bridget quoi!

Et je me rends compte que ne pas spoiler c'est super dur! J'ai envie de tout vous dire :)

Des petits passages pour les curieux

" Dalai Lama has 2 million followers and yet he follows no one. That is right. A god cannot follow others. Wonder if he actually tweets himself or does he get an assistant to do it?"

"Wonder if put lip plumper on hands will get fat fingers?"

"GAAAH! You see, this is the trouble with the modern world. If it was the days of letter-writing, I would never have event started to find a pen, a piece of paper, an envelope, a stamp, and Leatherjacketman's home address and gone outside at 11.30 pm with two children asleep in the house to find a postbox. A text is gone at the brush of a fingertip, like a nuclear bomb or Exocet missile. 

DO NOT TEXT WHEN DRUNK"